Adresse
/
Téléphone
 
 
 
 
 
 

Il était une fois...La Manonchante

Tout a commencé en 1980, un groupe jeune et enthousiaste formé notamment d’enseignants décide de fonder une chorale à Fléville, avec Jean-Jacques Griesser pour chef de chœur.
 
Le nom de la chorale ne doit rien a priori à Manon Lescaut ou à Manon des sources, mais tout simplement à l’adresse où se réunissait la chorale pour ses répétitions : rue de Manonchamps.
Jean-Jacques GRIESSER est compositeur, organiste et auteur de nombreux arrangements vocaux.
Il avait pris en 1984 la direction de l’école de musique d’Epinal, puis en 1998 celle du Conservatoire de Belfort. Il vit depuis 2009 une retraite très musicale dans ses Vosges natales.
L’association est créée avec, d’emblée, un esprit d’ouverture étendu à tous les styles musicaux  et  où  la  convivialité doit  tenir  toute  sa  place,  comme  le  stipulent  les  statuts « promotion de la pratique chorale dans un esprit de convivialité et de recherche de qualité musicale ; illustration de la diversité de la musique vocale et désir de la faire partager auprès d'un large public par le biais d'animations et de concerts ».
Michelle BRODT s’investit dès le début dans la présidence de la Manonchante, et restera à cette fonction durant 30 ans. Il faut saluer son engagement et ses talents d’organisatrice, mettant, avec le conseil d’administration, tout en œuvre pour que les projets - parfois ambitieux – aboutissent, et que les chefs de chœur successifs aient tout loisir de mener la chorale, sans avoir à s’occuper de la partie « intendance ».
Au cours de la période 1980 – 1990, la chorale s’affirme rapidement dans sa dimension locale, donnant de nombreux concerts en lorraine, et inaugurant en 1986 une première participation au Festival International de chant choral de Nancy : ainsi des liens se tissent avec la chorale « Pour Quelle Fête » de Liège, qui plus tard accueillera La Manonchante lors d’un voyage en Belgique.

La chorale, qui compte désormais une cinquantaine de membres, renouvellera plus tard cette formule avec l’accueil en 1993 du chœur israélien Makhelat, ce qui lui donnera l’occasion l’année suivante d’un magnifique voyage en Israël, et de rencontres musicales inoubliables.
Elle intègre aussi la fédération « Nancy Chœurs à Chœurs » qui organise régulièrement des concerts notamment dans les grands salons de l’Hôtel de Ville, les fameux « salons chantants ».
A noter également durant cette décennie 1990 – 2000 le travail sur l’œuvre du compositeur croate Cossetto, et l’enregistrement avec l’école de musique d’Epinal d’un CD de pièces avec orchestre. C’est aussi au cours de cette période que Pierre Chevrier – en 1996 - vient remplacer Jean-Jacques à la direction de la chorale, et que La Manonchante établit son siège à Heillecourt, commune voisine de Fléville.
Pierre CHEVRIER professeur de Français, a déjà une solide expérience de chef de chœur acquise à la chorale universitaire Nancy Ducale quand il arrive à la Manonchante. Il quitte celle-ci près de 20 ans plus tard (alors qu’au départ ce ne devait être que provisoire), et poursuit son investissement musical à la direction de Tutti Canti, groupe vocal qui a la particularité de regrouper des personnes valides et des porteurs de handicap.
Dans les années 2000, la Manonchante à encore participé à plusieurs festivals, accueillant notamment des chœurs universitaires féminins de Lima, puis de Moscou….pas de voyages en retour pour le Pérou ou la Russie, mais en revanche l’Italie en 2004 et Prague en 2008.
« Femmes à chœur ouvert », spectacle poétique et choral, fut une belle réalisation associant un répertoire consacré aux femmes, des poèmes dits par leurs auteurs, et une présentation vidéo illustrant chacun des chants, ce qui représente une performance à la fois technique et artistique.

Un voyage en 2011 conduit la chorale à Rome, sur le thème de l’Alléluia. Puis ce fut l’année renaissance en 2013, occasion pour Pierre Chevrier de mettre à nouveau en œuvre tout son savoir faire musical et littéraire pour produire un spectacle autour des « chansons légères et galantes de la Renaissance Française », dont le point d’orgue fut une représentation en costumes au théâtre d’Epinal. Entre-temps, Mireille Henry prend la présidence à la suite de Michèle Brodt. Mireille ne fera qu’un bref mandat de 2 ans, quittant la chorale pour raisons professionnelles.
La présidence passe alors à Anne-Marie Winsback – encore une soprano – laquelle se lance, avec Pierre, dans la recherche d’un nouveau chef de chœur.

 
 
 
 

En 2014, c’est Cyril Dalmar qui finalement sera l’élu de ce « casting ». Il dirigera la chorale avec enthousiasme et technicité, démontrant comme souvent que la valeur n’attend pas le nombre des années. Il imposera un répertoire faisant la part belle aux auteurs contemporains américains.
 
La Manonchante tourne une nouvelle page en 2017. Anne-Marie Winsback passe la main à Jacky Bannerot. Lorsqu'il prend la Présidence, il se voit immédiatement en charge de trouver un successeur à Cyril Dalmar qui quitte la direction du choeur pour raisons professionnelles. C'est Anthony Joly associé à Mélamie Pierrat qui vont lui succéder.

Cyril DALMAR et Anthony JOLY, tout deux ,aprés avoir effectué des études à la Faculté de musicologie de Nancy, ont dirigé successivement la chorale de 2014 à 2018.


2018, Gérard Heitz, professeur de chant et de technique vocale, prend la direction du choeur.